Philippe Moati « L’image-prix d’une enseigne est essentielle »

Intermarché en remet une couche. Lancée dans une campagne de prix ultra-agressive, l’enseigne proposait en début de semaine, dans ses rayons, des paquets de 86 couches Pampers à 7,18 euros au lieu de 23. Renversant. Une promo à provoquer ces scènes où les clients jouent des coudes pour obtenir le plus de lots possible. Déjà, la semaine dernière, Intermarché avait « bradé » des pots de Nutella à 1,40 euro, au lieu de 4,50 euros. Dans les deux cas, une « super-offre » à 70 %. Et cela n’est pas fini, les Mousquetaires étant engagés dans une vaste opération promotionnelle jusqu’au 11 février, baptisée « Les 4 semaines les moins chères de France ».

Les bousculades provoquées par les rabais proposés par Intermarché sur quelques produits de grande marque interrogent sur la légalité de ces « superpromotions ». Face à cela le gouvernement à décidé de réagir. Peut-on vendre à perte ? Quel est le role de l’Etat ? Quid du e-commerce ? Nous poserons toutes ces questions et bien d’autre à Philippe Moati, co fondateur de L’Observatoire Société et Consommation.

Martin Arnal Auteur

18 ans, Etudiant en première année de relations internationales, passionné par l'actualité depuis le plus jeune âge. Créateur de C L'Info

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.