Dimanche dernier, les italiens étaient conviés aux urnes. 73% d’entre eux s’y sont d’ailleurs déplacés, et malgré cela, aucune force politique n’a réellement réussi à émerger. Néanmoins, des enseignements sont à tirer : poussée en flèche du mouvement 5 étoiles, mise en retrait du parti de Silvio Berlusconi, ou encore le parti démocrate de Matteo Renzi, qui obtient le score le plus bas jamais obtenu par un parti de gauche depuis les débuts de la République en Italie. On analyse tout cela avec Paolo Levi.