« Vis bien », les derniers mots de Liu Xiaobo à son épouse, Liu Xia

Liu Xia, en 2009 à Pékin.

Le sort de Liu Xia, épouse de Liu Xiaobo, est un sujet d’interrogation même pour les amis proches de la famille. Poétesse et photographe de 56 ans, elle a été maintenue en résidence surveillée depuis la condamnation en 2009 de son mari, un isolement qui l’a plongée dans une profonde dépression. Liu Xia était parfois autorisée à lui rendre visite en prison dans le nord-est chinois. Durant plusieurs années, les autorités l’ont également laissée aller manger une fois par semaine chez ses parents, mais elle a perdu son père en 2016 et sa mère en avril. Maya Wang, chercheuse de Human Rights Watch sur la Chine, rappelle que Liu Xia « n’a jamais commis aucun crime, jamais été condamnée ». « Sa privation de liberté est absolument illégale et elle doit cesser », dit-elle.

Lire aussi :


Pékin impose le silence sur la mort de Liu Xiaobo

En juin, Mme Liu a été conduite au chevet de son mari, apprenant alors qu’il était atteint d’un cancer incurable. Dans une vidéo diffusée par Radio Free Asia, on la voyait abattue, détaillant à un ami : « On ne peut pas l’opérer, on ne peut pas faire de radiothérapie ni de chimiothérapie ». Puis dans une autre, cette fois filmée par l’appareil sécuritaire dans la chambre du patient à l’insu de deux médecins allemand et américain autorisés à lui rendre visite, elle apparaissait debout à l’extrémité du lit de son mari, cheveux ras, sanglotant. L’équipe médicale chinoise, sous le contrôle de l’Etat, a expliqué tard, jeudi, que Liu Xiaobo a réservé ses derniers mots à son épouse : « Vis bien. »

« Pure persécution »

Pour plusieurs amis, il est évident que si Liu Xiaobo, se sachant condamné et faiblissant de jour en jour, a continué à demander à partir à l’étranger jusqu’à la visite des médecins occidentaux le samedi 8 juillet, c’était pour rendre à son épouse sa liberté. Liu Xia est doublement otage, de sa résidence surveillée mais également du sort qui a été réservé à son frère Liu Hui. Ce dernier a été condamné, en 2013, à onze années de prison pour fraude dans l’immobilier, un jugement que Liu Xia avait alors décrit comme « de la pure persécution ». Libéré par la suite, il reste en sursis.

Depuis l’annonce de la mort, jeudi soir, les appels à laisser partir Mme Liu se sont multipliés, du secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, au haut-commissaire pour les droits de l’homme des Nations unies, Zeid Ra’ad Al-Hussein, en passant par Paris, Berlin, Londres ou la Commission européenne. « La prochaine étape est de réaliser le dernier souhait de Liu Xiaobo, qui était de laisser son épouse quitter le pays », dit le dissident Hu Jia.

Laisser un commentaire