/Trump va remanier son décret sur l’immigration

Trump va remanier son décret sur l’immigration

Le décret interdisant aux ressortissants de sept pays musulmans d’entrer aux Etats-Unis, dont la justice américaine a suspendu l’application, sera remanié la semaine prochaine, a annoncé jeudi Donald Trump, lors d’une conférence de presse.

« Nous avons eu un mauvais tribunal, une mauvaise décision », a-t-il déploré, promettant que la nouvelle version serait « tout à fait conforme » à la législation. « Nous pouvons ajuster le décret à cette décision et obtenir tous ce qu’on souhaite, peut-être même plus, d’un certain point de vue », a-t-il ajouté.

Son administration a par ailleurs demandé l’arrêt de la procédure juridique à la Cour d’appel du 9e Circuit, qui a annoncé jeudi l’avoir suspendu dans l’attente de nouveaux développements. La suspension du décret du 27 janvier, prononcée par le juge James Robart de Seattle, à la demande de l’Etat de Washington, a été confirmée par la Cour d’appel du 9e Circuit, mais l’un de ses membres a demandé un nouvel examen dans le cadre d’une procédure appelée « en banc ». Dans le mesure où le président va revoir son décret, la procédure n’a plus lieu d’être, a fait valoir le département de la Justice. « Le président va ainsi faire en sorte que le pays soit immédiatement protégé, plutôt que de poursuivre une longue procédure », dit-il, ajoutant sans plus de précisions que le texte va être « substantiellement remanié ».

« Nous pouvons ajuster le décret à cette décision et obtenir tous ce qu’on souhaite, peut-être même plus, d’un certain point de vue » – Donald Trump

Selon un attaché parlementaire interrogé la semaine dernière par Reuters sous couvert de l’anonymat, Donald Trump va indiquer explicitement que les porteurs de permis de séjour permanents ou « cartes vertes » ne sont pas concernés. La première version du décret interdit pour 90 jours aux ressortissants d’Irak, d’Iran, de Syrie, du Yémen, de Libye, de Somalie et du Soudan d’entrer aux Etats-Unis et suspend l’accueil des réfugiés pendant 120 jours, excepté pour les Syriens, indésirables jusqu’à nouvel ordre.