Soirée politique : Qui dirige le monde de la communication ?

TF1 et France 2, les deux premières chaînes de télévision française avaient prévu ce dimanche un allongement de leur journal du 20H pour couvrir en direct les résultats ainsi que les réactions des deux candidats la primaire de gauche… Cependant tout n’a pas fonctionné hier.

La fin du règne de l’information ?

Premier problème de la soirée : la publicité plutôt que l’information. Tel a été le choix de TF1 hier soir coupant le discours du perdant du soir Manuel Valls en pleine intervention. De même France 2 interrompt son édition spéciale à 21h05, en plein discours de Benoît Hamon.

Le respect de la grille est programmes est la principale raison avancée par les deux chaînes. Mais pour TF1 au-delà de la question de la grille des programmes se pose la question de la publicité. Car le problème est bien là, plutôt que de proposer un contenu, une information attendue, la chaîne choisit l’argent que rapporte une dizaine de minutes de  publicité. Une situation qui met en avant le problème de l’équilibre à trouver entre information et publicité, entre information et argent.

Cela soulève une interrogation plus globale, celle de la déontologie journalistique, de la conscience des médias, omniprésente ces derniers temps notamment du fait de la relation entre la presse la présidence Trump outre-Atlantique.

Voir aussi : ExpliciteJA : le journalisme autrement

Alors s’agit-il d’un problème de relation des médias à l’information ou bien s’agit-il seulement des “aléas des soirées électorales” comme le dit E. Demumieux de France Télévisions à BFM TV ?

Priorité au direct ?

Deuxième problème : le temps des discours. En effet le discours du vainqueur Benoît Hamon a débuté
avant même la fin de l’intervention de l’ancien Premier ministre… 1er couac de campagne pour certains, en tout cas cela a entrainé une coupure du discours de Manuel Valls au profit de B. Hamon sur toutes les chaînes.

Priorité au direct. Comme le montre le tweet du reporter de l’émission Quotidien, le choix de zapper semble s’imposer de fait aux chaînes. Plutôt que d’enregistrer la deuxième intervention et de laisser terminer Manuel Valls, toutes les chaînes aussi bien LCI que BFM TV ont basculé vers le QG de Benoît Hamon.

Si les commentateurs s’intéressent à analyser le couac du vainqueur de la primaire du PS, ce dernier se justifiant comme voulant retourner le plus vite possible au PS et ne sachant que Manuel Valls s’exprimait en même temps. D’un point de vue des analyses médiatiques, la gestion du direct pose à nouveau question.

L’info en +

Ayant développé des chaînes secondaires sur la TNT, la direction de TF1 comme celle de France 2, justifie cette gestion en affirmant que l’information était disponible ces autres canaux. Ainsi LCI et FranceInfo prenant le relai des journaux de 20h, des éditions spéciales des deux premières chaînes. Cependant les téléspectateurs sont loin d’avoir tous choisi de basculer, de “zapper” vers une autre chaîne. Ainsi le traitement de l’information pour le plus grand nombre reste incomplet…

Alors faut-il prolonger les éditions spéciales, ne pas couper les discours diffusés en direct ou bien respecter à tout prix la grille de programme et les temps de publicité ? La question reste ouverte.

Sources :

BFM TV – Primaire à gauche : couacs en série lors des prises de parole de Hamon et de Valls
TF1 – Le Journal du week-end
Europe 1 – Benoît Hamon n’attend pas la fin du discours de Manuel Valls pour s’exprimer (et s’accapare donc toute l’attention médiatique)

© Gregoire Quelain (@GregQuelain) – C l’Info
Directeur de Publication : Martin Arnal.

ExpliciteJA : le journalisme autrement

Defend a free Press ! Ils sont une cinquantaine, journalistes et clament haut et fort leur indépendance et leur liberté. Ils créent aujourd’hui un nouveau média social “à l’écoute des gens” pour mieux informer dans un contexte politique international particulier. Focus sur Explicite et les Journalistes Associés.

“Une aventure collective” (O. Ravanello)

Des journalistes associés ? Les Journalistes Associés est une association née autour d’anciens journalistes d’I-Télé qui, après une grève longue de 31 jours, ont finalement quitté leur rédaction… pour cause de conscience professionnelle ! Aujourd’hui ils sont une cinquantaine dont la plupart étaient présentateurs, rédacteurs, reporters à I-télé et se rassemblent pour créer un nouveau media sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et YouTube) pour informer les gens différemment.

L’équipe d’Explicite avait donné rendez-vous à 14h30 pour une conférence de presse afin d’expliquer le projet en direct sur Twitter et Facebook. Pendant près d’une heure et demi, Olivier Ravanello, ancien directeur adjoint de la rédaction d’I-Télé a ainsi détaille le projet, lequel se construit autour de certaines valeurs : “humilité, écoute et faire notre métier [de journaliste] en étant au service des gens”. Offrir une nouvelle offre de journalisme plus “à l’écoute des gens”, voilà dont le sens de ce projet.

Rendre au journalisme toute sa noblesse

Explicite constitue aussi une réponse au besoin d’information lié à un moment politique particulier. Ainsi, l’association commencera à produite du contenu à partir de vendredi…. soit le jour de l’investiture du nouveau président américain, c’est-à-dire du début de la présidence Trump. Explicite veut replacer la politique au cœur des débats et de l’information et non pas chercher à surfer sur les « buzz » médiatique et à la course à l’instantanéité de l’information.

La volonté annoncée est basée sur la déontologie journalistique en voulant avant tout informer librement. Et pour cela, les journalistes sont près à travailler bénévolement. La priorité des Journalistes Associés n’est pas le superflu mais bien le contenu. Reportages, échanges, analyses, Explicite veut créer du contenu “qui aide les gens à comprendre le monde”. Une équipe soudée qui veut aller sur le terrain, revenir aux bases du métier de journaliste, plutôt que de se rassembler obligatoirement au sein d’un studio précise O. Ravanello en réponse à une question posée au cours de la conférence de presse.

“Une chaine d’info à la demande”

Pour se différencier des autres formats, Explicite proposera son contenu exclusivement sur les réseaux sociaux. Un moyen de permettre au spectateur de choisir librement le sujet à propos duquel il souhaite être informé et laisse la possibilité de le voir à volonté et à n’importe quel moment. En outre, cela possède l’avantage pour les journalistes de passer outre les contraintes de temps ou de format, les reportages seront publiés à des heures différentes, les durées seront variées et l’angle différent de celui proposé actuellement par les autres médias assure Olivier Ravanello. Un projet ambitieux qui permet “d’aller vers l’information qui [nous] intéresse”.

Informer avant tout le public et à l’approche de l’élection présidentielle Explicite compte bien inviter les différents candidats pour échanger avec eux sur leurs programmes, passer au crible les mesures essentielles afin non pas de chercher la « punchline » ou la petite phrase qui fera le buzz sur internet mais bien de “comparer les démarches politiques des candidats” pour permettre aux Français de faire leur choix le 27 avril prochain (puis le 7 mai pour le deuxième tour).

Un media qui tient compte de l’évolution de la société et du journalisme

Les réseaux sociaux qui constituent un nouveau mode de consommation de l’information amène à

Une conférence de presse en direct sur les réseaux sociaux / Capture d’écran

repenser l’offre médiatique. Explicite se base ainsi sur ces réseaux et tient compte du fait qu’au cours des dernières années les gens délaissent la télévision au profit du numérique pour s’informer. Investir les réseaux et proposer des contenus uniquement sur ce type de support semble donc une proposition intéressante qui renouvelle le genre journalistique pour se concentrer sur le contenu.

Un moyen pour mieux informer la population francophone ? L’avenir nous le dira. En tout cas, une chose est sûre, ce nouveau média répond à une demande forte. En effet, la conférence de presse a été suivit a en direct par près de 1800 personnes en cumulant les live Facebook et Twitter. De plus et en moins d’une journée Explicite compte déjà plus de 16 000 followers  et 6700 « j’aime ». La question sera donc, outre la qualité des programmes proposées, celle de la durabilité pour ce nouveau média qui fait appelle au crowdfounding pour financer le matériel et les déplacements de ses journalistes.

© Gregoire Quelain (@GregQuelain) – C l’Info
Directeur de Publication : Martin Arnal.