Stromae : ce médicament qui a failli le pousser au suicide

Nouvelle charge de Stromae contre le Lariam, ce médicament antipaludique qui peut avoir des effets secondaires particulièrement sévères. Le chanteur a accepté de témoigner dans le documentaire Malaria Business, dont la diffusion est prévue sur France Ô le 29 novembre prochain. Il revient sur l'été 2015, lorsqu'il a dû interrompre sa tournée Racine Carrée en Afrique après avoir pris du Lariam, qui va se révéler extrêmement toxique dans son cas. « J'étais stressé, j'étais épuisé, explique-t-il dans un extrait diffusé par le site Purepeople. Tout prédisposé à péter un plomb, ça, c'était sûr, mais l'accélérateur, c'était le Lariam. Pendant les concerts, je ne m'en rendais pas compte, on n'a pas le recul. C'est de la paranoïa, c'est plein de trucs… »

C'est son entourage très proche qui va se rendre compte que quelque chose cloche chez le chanteur. « Mon frère a eu le déclic, raconte Stromae. Il s'est rendu compte qu'il y avait un truc qui n'allait pas. Et je pense que s'il n'avait pas été là, je me serais sans doute suicidé cette nuit-là. Ça, c'est sûr. Je pèse bien mes mots quand je vous dis ça. S'il n'avait pas été là, je ne pense pas que je pourrais vous parler aujourd'hui… »

Si je pouvais revenir en arrière et éviter de prendre du Lariam, je le ferais sans hésiter

Hallucinations, angoisse, crises de folie, l'artiste a déjà décrit à plusieurs médias les symptômes qu'il a éprouvés après la prise du médicament, disant même qu'il lui arrivait parfois de « perdre la boule complètement ». Mais il n'avait jamais évoqué cette crise qui lui a donné des pensées suicidaires. Ces réactions ne sont pas inconnues par les professionnels de santé : le Lariam peut en effet provoquer des troubles neurologiques et psychiatriques sévères, et il ne doit pas être prescrit si le patient souffre notamment d'anxiété, de psychoses ou s'il est sujet aux dépressions. Toute modification comportementale doit entraîner l'arrêt des prises et une consultation immédiate.

Pour Stromae, le mal est fait : dans une interview à Marianne, en septembre, l'interprète de « Papaoutai » racontait qu'il subissait toujours les effets indésirables du médicament, deux ans après l'avoir utilisé. « Aujourd'hui, je suis encore sensible aux crises d'angoisse. Il m'est déjà arrivé de devoir retourner d'urgence à l'hôpital. J'ai peu de regrets dans ma vie, mais si je pouvais revenir en arrière et éviter de prendre du Lariam, je le ferais sans hésiter. »

Pour l'heure, l'artiste a décidé de lever le pied et de se consacrer à des projets ciblés, aussi bien en musique, pour épauler certains artistes sur des clips, ou au sein de la griffe Mosaert, qu'il développe avec Coralie, son épouse styliste. Le nouvel album attendra un peu…

Laisser un commentaire