Soirée politique : Qui dirige le monde de la communication ?

TF1 et France 2, les deux premières chaînes de télévision française avaient prévu ce dimanche un allongement de leur journal du 20H pour couvrir en direct les résultats ainsi que les réactions des deux candidats la primaire de gauche… Cependant tout n’a pas fonctionné hier.

La fin du règne de l’information ?

Premier problème de la soirée : la publicité plutôt que l’information. Tel a été le choix de TF1 hier soir coupant le discours du perdant du soir Manuel Valls en pleine intervention. De même France 2 interrompt son édition spéciale à 21h05, en plein discours de Benoît Hamon.

Le respect de la grille est programmes est la principale raison avancée par les deux chaînes. Mais pour TF1 au-delà de la question de la grille des programmes se pose la question de la publicité. Car le problème est bien là, plutôt que de proposer un contenu, une information attendue, la chaîne choisit l’argent que rapporte une dizaine de minutes de  publicité. Une situation qui met en avant le problème de l’équilibre à trouver entre information et publicité, entre information et argent.

Cela soulève une interrogation plus globale, celle de la déontologie journalistique, de la conscience des médias, omniprésente ces derniers temps notamment du fait de la relation entre la presse la présidence Trump outre-Atlantique.

Voir aussi : ExpliciteJA : le journalisme autrement

Alors s’agit-il d’un problème de relation des médias à l’information ou bien s’agit-il seulement des “aléas des soirées électorales” comme le dit E. Demumieux de France Télévisions à BFM TV ?

Priorité au direct ?

Deuxième problème : le temps des discours. En effet le discours du vainqueur Benoît Hamon a débuté
avant même la fin de l’intervention de l’ancien Premier ministre… 1er couac de campagne pour certains, en tout cas cela a entrainé une coupure du discours de Manuel Valls au profit de B. Hamon sur toutes les chaînes.

Priorité au direct. Comme le montre le tweet du reporter de l’émission Quotidien, le choix de zapper semble s’imposer de fait aux chaînes. Plutôt que d’enregistrer la deuxième intervention et de laisser terminer Manuel Valls, toutes les chaînes aussi bien LCI que BFM TV ont basculé vers le QG de Benoît Hamon.

Si les commentateurs s’intéressent à analyser le couac du vainqueur de la primaire du PS, ce dernier se justifiant comme voulant retourner le plus vite possible au PS et ne sachant que Manuel Valls s’exprimait en même temps. D’un point de vue des analyses médiatiques, la gestion du direct pose à nouveau question.

L’info en +

Ayant développé des chaînes secondaires sur la TNT, la direction de TF1 comme celle de France 2, justifie cette gestion en affirmant que l’information était disponible ces autres canaux. Ainsi LCI et FranceInfo prenant le relai des journaux de 20h, des éditions spéciales des deux premières chaînes. Cependant les téléspectateurs sont loin d’avoir tous choisi de basculer, de “zapper” vers une autre chaîne. Ainsi le traitement de l’information pour le plus grand nombre reste incomplet…

Alors faut-il prolonger les éditions spéciales, ne pas couper les discours diffusés en direct ou bien respecter à tout prix la grille de programme et les temps de publicité ? La question reste ouverte.

Sources :

BFM TV – Primaire à gauche : couacs en série lors des prises de parole de Hamon et de Valls
TF1 – Le Journal du week-end
Europe 1 – Benoît Hamon n’attend pas la fin du discours de Manuel Valls pour s’exprimer (et s’accapare donc toute l’attention médiatique)

© Gregoire Quelain (@GregQuelain) – C l’Info
Directeur de Publication : Martin Arnal.

Étudiant en sciences humaines. Parle ici de l’actualité politico-sociale, du traitement de l’information et des métamorphoses de la communication.

Laisser un commentaire