Sénégal – Gambie : La guerre ?

Aujourd’hui à 19 heures, heure française, l’armée Sénégalaise s’est déclarée prête à entrer en Gambie à minuit heure locale (1 heure du matin pour nous) si le président Gambien Yahya Jammeh ne quitte pas le pouvoir d’ici là.

Depuis 1994 le président gambien Yahya Jammeh tient son pays d’une main de fer. Mais depuis le 1er décembre dernier, ce petit état africain enclavé dans le Sénégal connaît une grave crise politique. En effet l’élection présidentielle a consacré la victoire de l’opposition emmenée par Adama Barrow, après avoir dans un premier temps accepté le résultat, Jammeh annonce le 9 décembre qu’il les « rejette en totalité ». Depuis la communauté internationale n’a de cesse de demander le départ du président.

Alors que la passation de pouvoir doit avoir lieux le 19 janvier, deux jours avant Jammeh décrète l’état d’urgence tandis que son mandat est prolongé de 3 mois par le parlement. Et donc le 18 janvier l’armée sénégalaise lance son ultimatum et menace d’intervenir avec l’aide du Togo, du Nigeria et du Mali.

Le rapport du force militaire et économique est largement en défaveur de la Gambie.

 

La guerre pourra-t’elle être évitée ? En ce moment la Guinée et la Mauritanie déploient une forte activité diplomatique pour convaincre Jammeh de quitter le pouvoir. Et du côté du droit international n’ont pas encore autorisé une telle intervention malgré la demande du Sénégal. Mais ça ne serait pas la première fois que le Sénégal s’ingère militairement dans les affaires gambienne, déjà en 1982 les forces armées sénégalaises avaient rétablit le président gambien Dawda Jawara victime d’une tentative de coup d’état. De plus le Sénégal pourrait avoir envie d’affermir son emprise sur la Gambie en rendant Adama Barrow redevable.

Dans tout les cas les troupes sénégalaises se massent en ce moment à la frontière gambienne, plusieurs ministres gambiens ont démissionné et sont parties en exil tandis que beaucoup de leurs concitoyens moins fortunés tentent de s’éloigner des futures zones de combat par leurs propres moyens.

Laisser un commentaire