Sarkozy rejoint le conseil d’administration d’AccorHotels

L’ancien président Nicolas Sarkozy rejoint le conseil d’administration du géant hôtelier AccorHotels, afin d' »accompagner la vision internationale » du groupe, a annoncé mardi AccorHotels dans un communiqué.

L’ex-chef de l’État, éliminé le 20 novembre au premier tour de la primaire de la droite, a été coopté « à l’unanimité » en tant qu’administrateur indépendant et va présider un comité de « stratégie internationale », a précisé le groupe. Les missions et la composition de ce comité seront précisées lors d’un prochain conseil d’administration.
Ce poste d’administrateur indépendant serait le premier poste de cette nature occupé par l’ancien président. Nicolas Sarkozy est « très heureux de participer au développement et au rayonnement international d’AccorHotels, un des fleurons des entreprises françaises », dit-il, cité dans le communiqué de l’entreprise. « La réussite de ce groupe et la qualité de son management en font une des plus belles vitrines du paysage économique français », ajoute-t-il.
De son côté, le PDG du groupe, Sébastien Bazin, également cité dans le communiqué, estime que « l’expertise internationale de Nicolas Sarkozy et sa parfaite connaissance des enjeux géopolitiques mondiaux seront de formidables atouts pour le groupe ».

AccorHotels exploite sous ses 20 marques Sofitel, Pullman, Novotel, Mercure, Ibis, HotelF1 mais aussi Raffles, Fairmont et Swissôtel, plus de 4.000 hôtels, dans 95 pays. Son résultat opérationnel, en hausse de 3,8% à données comparables à 696 millions d’euros, dépasse le consensus de 676 millions établi par Inquiry Financial pour Reuters et la fourchette des 670 à 690 millions anticipés par le groupe en octobre 2016. La marge progresse de 50 points de base à 12,4%, contre 11,9% en 2015. Cette performance s’explique notamment par la hausse de 9% des résultats dégagés en Europe du Nord (qui pèse pour 55% du résultat opérationnel du groupe) grâce à de solides performances en Allemagne et au Royaume-Uni, où les touristes se ruent depuis l’été grâce à la baisse de la livre sterling. Cette progression a permis de compenser une chute de 13% du résultat d’exploitation en France, plombé par une baisse de 13,2% du Revpar (revenu par chambre, principal indicateur d’activité de l’hôtellerie) à Paris, très impacté par les attentats, les grèves et le sentiment d’insécurité.

 

18 ans, Etudiant en première année de relations internationales, passionné par l’actualité depuis le plus jeune âge.
Créateur de C L’Info

Laisser un commentaire