Présidentielle: Hollande appelle à voter Macron

La campagne du second tour de l’élection présidentielle s’est ouverte lundi avec une journée de « négociations politiques » pour le favori Emmanuel Macron, pour qui François Hollande a solennellement appelé à voter, tandis que Marine Le Pen est repartie sur le terrain dans le Pas-de-Calais.

« La présence de l’extrême droite fait une nouvelle fois courir un risque pour notre pays (…) Face à un tel risque, la mobilisation s’impose et la clarté des choix. Pour ma part, je voterai Emmanuel Macron », a déclaré le chef de l’État dans une allocution télévisée à l’Élysée.

Selon les « résultats globaux », hors Français de l’étranger, communiqués par le ministère de l’Intérieur, M. Macron est arrivé en tête du premier tour avec 23,75% des suffrages devant la présidente du Front national (21,53%). François Fillon est arrivé troisième avec 19,91% des voix, devant Jean-Luc Mélenchon, à 19,64%.

Les deux finalistes, invités par le chef de l’État à participer mardi à l’hommage national au policier tué dans un attentat sur les Champs-Élysées, préparent désormais le traditionnel débat télévisé de l’entre-deux-tours, prévu le 3 mai.

Leurs entourages ont indiqué qu’ils avaient chacun l’intention d’y participer, alors qu’en 2002 le président sortant, Jacques Chirac, avait refusé d’affronter Jean-Marie Le Pen.

On est challengeur, clairement

En attendant, Emmanuel Macron, tout en se préparant pour remporter le second tour, devait selon son entourage consacrer les journées de lundi et mardi aux « négociations politiques » dans le but de former une majorité, en prévision des législatives des 11 et 18 juin.

Critiqué pour avoir fêté le résultat du premier tour à La Rotonde, une brasserie du quartier de Montparnasse, le candidat d’En Marche! pourrait tenir un meeting dans sa ville natale d’Amiens avant le 7 mai.

De son côté, Marine Le Pen est repartie dans son fief électoral du Pas-de-Calais pour arpenter les allées du marché de Rouvroy.

Alors que les ralliements à M. Macron se sont multipliés dès dimanche soir, de Benoît Hamon à François Fillon, la présidente du FN a brocardé devant la presse « le vieux front républicain tout pourri, dont plus personne ne veut » qui « essaie de se coaliser » contre elle.

Pour ce deuxième tour, « on est challengeur, clairement », a jugé le vice-président du FN Florian Philippot, qui a demandé à Nicolas Dupont-Aignan d’être « cohérent » en appelant à voter pour Marine Le Pen. Le président de Debout la France (4,75% des suffrages), réunissait lundi les instances de son parti et devrait se prononcer dans les prochains jours.

Selon deux sondages réalisés dimanche soir, Emmanuel Macron battrait largement Marine Le Pen, à 62%-38% selon Ipsos Sopra Steria, à 64%-36% selon Harris Interactive.

La présidente du FN tiendra jeudi un meeting d’entre-deux-tours à Nice.

La journée était agitée chez Les Républicains: avec l’élimination de François Fillon, la droite est absente du second tour pour la première fois sous la Ve République.

Lors d’un comité politique en matinée, les principaux responsables LR ont laissé éclater leurs divergences sur un appel explicite à voter pour Emmanuel Macron, optant finalement pour un compromis qui exclut l’abstention au second tour. Un bureau politique était prévu à 17h00.

A l’issue d’une réunion de son bureau national, le PS a pour sa part appelé « à battre l’extrême droite » et donc « à voter » pour Emmanuel Macron.

« Cette prise de position a été unanime au sein du bureau national du PS et c’est suffisamment rare pour que ce soit souligné », a déclaré le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, appelant les socialistes à « s’engager dans la bataille », après le score historiquement faible de Benoît Hamon (6,35%).

La fin d’un cycle

Le scrutin de dimanche a vu l’élimination des deux partis dominant la vie politique depuis quarante ans: le parti gaulliste, aujourd’hui Les Républicains, et le Parti socialiste. Deux partis ayant organisé une primaire ouverte.

A droite, Jean-Pierre Raffarin, ex-soutien d’Alain Juppé, a jugé « trop facile de trouver un bouc-émissaire » en la personne de François Fillon.

« Défaite personnelle » d’une « droite recroquevillée » sur « ses seules bases bourgeoises et conservatrices », estime le maire de Tourcoing Gérald Darmanin, ex-soutien de Nicolas Sarkozy.

Au PS, Manuel Valls a analysé « la fin d’un cycle ». « Ceux qui ne partagent pas les mêmes idées, qui sont en désaccord notamment sur l’Europe, sur l’économie, sur l’entreprise, sur les questions de sécurité, peuvent-ils encore être dans la même famille politique ? Personnellement je ne le crois pas. Donc doit venir le temps, enfin, de la clarification », a prôné l’ancien Premier ministre, soutien de Macron dès avant le premier tour.

Le Parti radical de gauche (PRG) a appelé à voter Macron et proposé de « bâtir avec lui une coalition large de gouvernement ».

A gauche, Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France insoumise n’a pas donné de consignes de vote, expliquant s’en remettre à l’avis des 450.000 soutiens de sa plateforme internet.

A l’étranger, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a souhaité « bon courage pour la suite » à Emmanuel Macron. Le gouvernement allemand a apporté son soutien en saluant « sa position pour une UE forte et une économie sociale de marché ».

La Bourse de Paris, galvanisée par l’anticipation d’une victoire de l’ancien ministre de l’Économie, voyait les valeurs bancaires bondir pour certaines de quelque 10%.

18 ans, Etudiant en première année de relations internationales, passionné par l’actualité depuis le plus jeune âge.
Créateur de C L’Info

Laisser un commentaire