Philippe Moati « L’image-prix d’une enseigne est essentielle »

Intermarché en remet une couche. Lancée dans une campagne de prix ultra-agressive, l’enseigne proposait en début de semaine, dans ses rayons, des paquets de 86 couches Pampers à 7,18 euros au lieu de 23. Renversant. Une promo à provoquer ces scènes où les clients jouent des coudes pour obtenir le plus de lots possible. Déjà, la semaine dernière, Intermarché avait « bradé » des pots de Nutella à 1,40 euro, au lieu de 4,50 euros. Dans les deux cas, une « super-offre » à 70 %. Et cela n’est pas fini, les Mousquetaires étant engagés dans une vaste opération promotionnelle jusqu’au 11 février, baptisée « Les 4 semaines les moins chères de France ».

Les bousculades provoquées par les rabais proposés par Intermarché sur quelques produits de grande marque interrogent sur la légalité de ces « superpromotions ». Face à cela le gouvernement à décidé de réagir. Peut-on vendre à perte ? Quel est le role de l’Etat ? Quid du e-commerce ? Nous poserons toutes ces questions et bien d’autre à Philippe Moati, co fondateur de L’Observatoire Société et Consommation.

18 ans, Etudiant en première année de relations internationales, passionné par l'actualité depuis le plus jeune âge. Créateur de C L'Info

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.