Le Nigel Farage Show où le café du commerce à l’Anglaise

L’ancien leader du UKIP et fervent partisan pro-Brexit présente, depuis la mi-janvier un talk-show quotidien sur LBC, le RMC londonien, chaque soir entre 19h et 20h afin de dialoguer avec les auditeurs sur les sujets chauds du moment. Quand le Royaume-Uni a su que Nigel Farage, ex-dirigeant du UKIP et fervent partisan pro-Brexit, allait présenter sa propre émission de radio, certains l’ont comparé à Lord Haw Haw – le présentateur britannique qui diffusait la propagande nazie durant la Seconde Guerre Mondiale.

« Cette émission, c’est vous », a lancé Farage au milieu de son monologue d’introduction. « Que vous soyez pro ou anti Brexit, je veux vous entendre ! », a-t-il lancé en ouvrant la ligne téléphonique. L’émission, dont le concept doit voir Farage poser une question différente aux auditeurs chaque soir, a décidé de consacrer sa première édition à la prudence dont fait preuve Theresa May suite aux résultats du référendum. « Oh mon dieu. Comme si les choses ne pouvaient pas être pire » écrit le quotidien britannique social-démocrate The Guardian. Les avis divergent sur la prestation de Nigel Farage sur LBC, qui s’exprime en totale liberté. En tout cas, l’homme s’en sort bien en tant qu’animateur de radio ! Ex-conférencier, il parle de manière fluide, et assez directe. Quand aux auditeurs, ils ont au rendez-vous, et n’hésitent pas à appeler Mr Farage. La plupart sont favorables, d’autres sont en colère. Ceci dit, la plupart des intervenants soutiennent Nigel Farage, notamment sur le Brexit, même s’ils ne sont pas tous d’accord sur la façon dont la première ministre engage les négociations. Lors de la première émission, spéciale Brexit, la seule voix dissidente est venue de Chris, à Manchester, qui a demandé à Farage comment il se sentait « après avoir mené les Britanniques à cette décision ». Pas de piques implacables donc.

« Oh mon dieu. Comme si les choses ne pouvaient pas être pire » – The Guardian

Nigel Farage ne cache pas ses opinion. Quelques jours plus tard, nous avons réécouté son émission, consacrée cette fois ci au décret anti immigration de Trump. Il qualifie le président américain, Donald Trump, comme un animal de compagnie de sa famille bien aimée … « Non seulement il est le président le plus influent au monde, mais il est aussi le plus retweeté ». Sur le décret, Nigel Farage apparait comme le bouclier du président Trump, qui n’hésite pas à rappeler que de nombreux autres pays adoptent des interdictions de voyage semblables, mais qui ne sont pas traités par les médias, ou les « gauchistes » (mot assez peu utilisé en Grande Bretagne habituellement). « Mais maintenant, à ce sujet. Que diriez-vous du fait que l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Koweït, Bahreïn et les Émirats arabes unis ont pas pris un seul réfugié syrien » enchaine l’ex-leader de l’UKIP.

Bien sûr, il est trop tôt pour prédire la direction que va prendre le Nigel Farage Show. Dans quelques semaines, quand l’animateur se sentira plus à l’aise et les auditeurs plus impliqués, il y aura peut-être un ton très différent. Finalement, la séquence la plus divertissante, ce sont les coupures publicitaires, malencontreusement chargée de sous-entendus. Lors de la première émission, un message faisait la pub pour des vacances dans le territoire contesté de Gibraltar. La seconde, pour un avocat spécialisé dans les divorces. En France, une émission similaire existe déjà, c’est celle d’Eric Brunet, sur la station RMC, qui propose chaque jour aux auditeurs un sujet autour duquel il faut débattre.

18 ans, Etudiant en première année de relations internationales, passionné par l’actualité depuis le plus jeune âge.
Créateur de C L’Info

Laisser un commentaire