Alexander Seale « L’angleterre n’est pas divisée »

Journaliste à la BBC, Alexander Seale nous donne son opinion, 24 heure après l’attaque qui à frappé la capitale mercredi, causant la mort de trois personnes.Vingt-neuf personnes, dont sept dans un état critique, restaient hospitalisées jeudi matin.


Comment s’est réveillée l’Angleterre ce matin ?

L’Angleterre s’est réveillée avec fermeté. Les autorités londoniennes ont voulu rassurer les citoyens pour ne pas diviser la population. Ce matin, le Daily Telegraph titrait : « Nous ne laisserons jamais le mal nous diviser ». Il y avait beaucoup de messages d’espoir dans le métro, et beaucoup de londoniens sont allés au travail. Le parlement a rouvert ses portes ce matin, la vie à continué de manière assez normale.

Existe-t-il en Angleterre un équivalent de l’état d’urgence ?

Le niveau d’alerte est très élevé en Angleterre depuis les attentats de Paris, mais il n’y a pas d’Etat d’urgence à proprement parler. Selon Theresa May, le niveau est très élevé. Comme vous le savez, la Grande-Bretagne est dans une coalition internationale contre Daech en Irak et en Syrie, et donc, depuis les attentats de Paris, il y a une forte présence policière dans les rues de Londres.

Quelles sont les politiques de déradicalisation mises en place au Royaume-Uni ?

13 attentats ont été déjoués depuis juin 2013. Les autorités veulent rassurer la population. Il y a, en Angleterre, et à Londres, beaucoup de multiculturalisme. Londres à élu un maire musulman, Sadiq Khan. Celui-ci s’attarde à ce que la population soit sécurisée. Il n’y a pas vraiment une politique de déradicalisation, mais il y a une bonne entente à Londres entre la population musulmane et les citoyens. La communauté musulmane à fermement condamné les attaques. Theresa May a déclaré au Parlement que cet attentat n’était pas un attentat islamique, mais un attentat qui à perverti la foi, une grande foi.

Est ce que cela peut entrainer une montée de « l’antimusulmanisme » et remettre en cause la position du maire de Londres ?

Je ne crois pas. Un de ses slogans est « London is open » (« Londres est ouvert »). Il a condamné les attentats. « Le terrorisme concerne tout le monde », a déclaré Sadiq Khan aujourd’hui. Paris, Berlin, Bruxelles, Istanbul, Nice ont tous été frappés par le terrorisme, donc tout peut arriver, n’importe où. Sadiq Khan coopère avec la police londonienne, et le gouvernement : il était contre le Brexit. Il est très populaire à Londres, et il veut la sécurité. Ainsi, il va déployer beaucoup plus de policiers dans les jours à venir.

De plus, après les attentats de 2005, à Londres, la ville ne s’est pas divisée, et l’Angleterre plus généralement non plus. J’aimerai juste ajouter que Londres est connue pour son sang-froid. Londres à été frappée par l’armée républicaine irlandaise dans les années 1980, ou il y avait eu des attentats près du Parlement, à Hyde Park. Que ce soit des groupes terroristes, ou groupes islamistes, Londres reste toujours une cible.

Est-ce que cet évènement fait réagir les britanniques sur le Brexit ? L’attentat a-t-il été récupéré par les tenants de la sortie de l’UE ?

Non pas du tout. Cela ne va pas empêcher le processus du déclenchement de l’article 50 qui va se dérouler le 29 mars prochain. Il faut juste noter que depuis le Brexit, le pays n’est pas divisé. Jo Cox, la député anti-brexit a été assassinée en juin dernier, une semaine avant le référendum. C’est tout à fait inédit qu’une élue ait été assassinée dans ce pays. Cela est considéré aussi comme une attaque. L’Angleterre a essayé de rester uni, mais malheureusement, à cause du Brexit il y a quelques divisions. Cela ne va pas modifier le calendrier. De plus, pour empêcher le terrorisme dans le monde, il faut que les chefs d’Etat se mettent d’accord. Daech est notre ennemi, mais Bachard Al Assad est aussi un ennemi, un criminel de guerre. Le monde est divisé : les Russes et les États-Unis d’un coté, la France de l’autre, et les britanniques ne savent pas vraiment quelles sont leurs positions face à la Syrie en ce moment. En 2013, nous avons voté contre l’envoi militaire en Syrie. Pour empêcher le terrorisme, je crois qu’il faut plus de paix, et moins de haine, moins de divisions.

18 ans, Etudiant en première année de relations internationales, passionné par l’actualité depuis le plus jeune âge.
Créateur de C L’Info

Laisser un commentaire