Gernelle – Johnny : et sans pleurer apprendre à se relever

Il est déjà là, dans nos mémoires et, ­disons-le, dans notre histoire. «  Il est deux catégories de Français qui ne comprendront ­jamais l'histoire de France, écrivait Marc Bloch. Ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération.  » Ajoutons une troisième catégorie : ceux qui ne ressentent rien lors d'un concert de Johnny Hallyday. Qui peut ­rester insensible quand la foule hurle «  Toute la ­musique que j'aime  »  ?

Intimement mêlé à six décennies françaises, le rockeur aux racines belges est un hymne et un drapea…

Article réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous

Consultez notre dossier : Johnny Hallyday, une vie rock’n roll

Laisser un commentaire