Fumaroli – Jean d’Ormesson, notre Guépard

Comment devient-on Jean d'Ormesson ?

« Il s'est donné la peine de naître », répondront in petto, ou susurreront en privé, les jaloux prudents. Prudents qui ont intérêt à l'être, car la popularité de l'homme qui fait son entrée dans la « Bibliothèque de la Pléiade » est aujourd'hui sans rivale en France. En public, il serait d'un mauvais goût périlleux d'attribuer à sa classe sociale et à l'ancienne noblesse des familles d'Ormesson et Le Peletier les raisons exclusives du rare plébiscite dont jouit notre auteur national dans l'électorat de lecteurs et de spectateurs qu'il s'est acquis, tant…

Article réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous

Consultez notre dossier : Jean d’Ormesson est mort

Laisser un commentaire