Ferrero défend son produit star Nutella, accusé d’être cancérigène

Une étude de l’Agence européenne de sécurité alimentaire sonne l’alarme sur l’huile de palme. Selon elle, ce composant majeur de la célèbre pâte à tartiner Nutella serait cancérigène.

C’est la pâte à tartiner la plus connue et appréciée dans le monde. Malheureusement, l’Agence Européenne de la Sécurité Alimentaire (EFSA) a inscrit en mai dernier le Nutella dans sa liste de produits alimentaires potentiellement cancérigènes. Il ne s’agit pas de la pâte à tartiner en elle-même mais d’un de ses ingrédients principaux déjà sous le feu de nombreuses critiques: l’huile de palme. Pour défendre son produit star, qui représente un cinquième de ses ventes, le groupe italien Ferrero a réagi cette semaine aux accusations de l’EFSA en lançant une campagne de communication à travers l’Italie, rapporte Reuters. Dans un spot publicitaire, il dénonce une «campagne injuste de dénigrement de l’huile de palme».

Dans la Péninsule, les ventes de Nutella ont reculé de 3% sur l’exercice annuel qui s’est achevé fin août, avant de remonter de 4% sur les quatre derniers mois de 2016. Ferrero avait alors expliqué ce creux par le fait que ses concurrents faisaient la promotion agressive de produits garantis sans huile de palme. À l’échelle mondiale, les ventes de la pâte à tartiner n’ont pas été touchées par le rapport de l’EFSA, et affichent une croissance annuelle de 5-6 %, assure toutefois le groupe.

«L’huile de palme utilisée par Ferrero est sûre parce qu’elle vient de fruits fraîchement pressés et est traitée à des températures contrôlées», clame la publicité, filmée à l’usine de la société dans la ville d’Alba. Selon l’EFSA, les éléments cancérigènes apparaissent dès lors que l’huile de palme est chauffée à 200 degrés, chose que Ferrero se défend de faire.

Pas de recommandations aux consommateurs

Le groupe tente par ailleurs de relativiser son poids dans la filière de l’huile de palme qui représente 44 milliards de dollars: «Nous n’achetons que 0,3 % de la production mondiale», se défend t-il. Selon Reuters, Ferrero utilise 185.000 tonnes d’huile de palme chaque année pour fabriquer son Nutella. Remplacer cet ingrédient pourrait coûter entre 8 et 22 millions de dollars par an en plus aux prix actuels du marché. Ferrero a refusé de s’exprimer sur ces calculs et certifie que l’huile de palme est irremplaçable dans la recette du Nutella.

Et l’EFSA ne recommande pas pour l’instant d’interdiction d’utilisation ou de consommation de l’huile de palme. L’autorité appelle à des recherches plus poussées sur la question avant, peut-être, une décision de Bruxelles sur le sujet. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture -qui ont aussi souligné le risque potentiel de cancer- ne recommandent non plus pas aux consommateurs d’arrêter de consommer de l’huile de palme.

18 ans, Etudiant en première année de relations internationales, passionné par l’actualité depuis le plus jeune âge.
Créateur de C L’Info

Laisser un commentaire