Faut-il interdire la crème solaire ?

Effluves de monoï et embruns marins… s'apparentent pour certains au doux parfum des vacances. Mais à l'heure où la toxicité des filtres UV chimiques des crèmes solaires pour les récifs coralliens n'est plus à démontrer, et où la présence de perturbateurs endocriniens interroge, la question de leur interdiction pure et simple se pose. Alors, faut-il tout bonnement s'en débarrasser ?

Depuis déjà une grosse décennie les défenseurs de la nature, ainsi que de nombreux plongeurs et surfeurs, ont déjà tranché. En 2011, la légende du surf Kelly Slater avait suscité un émoi mondial en tweetant qu'il ne mettait presque jamais de crème solaire.

Good info on sunscreens. I almost never use sunscreen. This backs my theory up. http://t.co/wEYfuX2

— Kelly Slater (@kellyslater) 26 juin 2011

Un internaute lui avait alors gentiment rappelé qu'il avait posé, quelques années auparavant pour une publicité L'Oréal au côté de Laetitia Casta. "C'était une erreur", avait-t-il doctement balayé. Un revirement assez parlant, car si ces questions ont longtemps pu paraître réservées aux nageurs chanceux pouvant aller user leurs palmes et leurs tubas au-dessus d'exotiques récifs coralliens, la prise de conscience est aujourd'hui collective.

"C'est en train de venir, ça commence à rentrer dans les mœurs", nous confirme Gorka Oyazun, bénévole chez Du flocon à la vague, une association Water Responsable (comprendre "engagée dans la protection de l'eau") implantée dans le sud-ouest de la France.

Les chiffres sont connus, mais il n'est jamais vain de les rappeler, souligne auprès de "l'Obs" Nicolas Imbert, directeur exécutif de Green Cross France :

"Savez-vous que 25.000 tonnes de crème solaire sont utilisées chaque année dans le monde, soit 0,8 litre chaque seconde ?"

L'étude qui fait référence sur le sujet date de 2008. Réalisée par le professeur Danovaro, publiée dans l'Environmental Health Perpectives, elle démontre que les composés chimiques des protections solaires provoquent un blanchiment des coraux, voire leur mort. D'autres études ont mis en évidence des dégâts occasionnés sur le plancton, les microalgues, la chaîne alimentaire des moules, oursins, mouettes et autres créatures marines.

Crèmes solaires : comme un poison dans l'eau

L'essor des "sun cream free"

En 2017, les zones "sun cream free" ne sont plus seulement réservées à Malibu, ou aux parcs naturels des îles Galapagos ou du Costa Rica. Elles sont désormais envisagées chez nous, dans le parc naturel régional du Morbihan par exemple. Mais "la prise de conscience en France est encore très timide", ajoute Nicolas Imbert.

"Alors que dans les parcs naturels de Californie, les gardiens de parc veilleront consciencieusement à l'interdiction des crèmes solaires néfastes à l'environnement et fourniront des crèmes solaires recommandés, que Hawaï publie et met en place une charte 'Coral Reef Respect' très claire sur la préservation du littoral et l'utilisation des crèmes solaires, nous restons timorés sur le sujet."

Avec la préparation de la COP21, le lancement des engagements Climat : Objectif OCEAN, certaines collectivités locales littorales ont commencé à se mobiliser. C'est le cas à Biarritz par exemple. L'adjoint au maire Guillaume Barucq, qui est aussi médecin généraliste, insiste : "Le premier polluant chimique en été, c'est la crème solaire qu'on se met sur la peau." Gorka Oyazun, qui a effectué un service civique à Biarritz, en partie consacrée à la sensibilisation aux effets néfastes de la crème solaire, abonde :

"Il faut le voir dans l'autre sens : les crèmes solaires conventionnelles, non écolabellisées ont d'abord un impact sur notre santé. On préconise donc des crèmes sans produits chimiques toxiques."

Présence de perturbateurs endocriniens

Faut-il pour autant arrêter de se tartiner les joues et le corps avant toute baignade ? Car les rayons UV, on le sait, sont dangereux pour la peau, et peuvent entraîner brûlures et cancers. La réponse est non, balaie Nicolas Imbert, "le rôle de la crème solaire pour protéger la peau des rayons nocifs est important, et c'est un enjeu de santé publique". En fait, dans l'idéal (car ça a un coût) il faudrait bannir les crèmes comportant des composants chimiques. "60 Millions de consommateurs" fait la liste dans son mensuel de juillet de ces composants non biodégradables.

Certains filtres UV, comme l'ethylhexyl methoxycinnamate, sont en effet soupçonnés d'être des perturbateurs endocriniens ou de provoquer des allergies au soleil (un comble !). D'autres molécules parfumées sont, elles, potentiellement allergisantes.

Il vaut mieux privilégier les crèmes conçues à partir de filtres minéraux sans nanoparticules, qui limitent les impacts sur les fonds océaniques. Ces crèmes écoresponsables dites "bio" sont distribuées depuis des années dans les bars à crème installées sur les plages qui accueillent les championnats de surf.

Sans composants chimiques, sans colorants, sans parabènes, sans parfum de synthèse, elles commencent à se frayer un chemin sur les étagères de nos pharmacies ou dans les rayons des magasins de sport. Et si elles restent encore plus chères que leurs aînées, gageons que cela évoluera.

Car le marché de la crème solaire représente un tel business dans le monde que les marques s'y mettent progressivement et lancent des gammes qui jouent la carte du #waterprotect. On les trouve en pharmacie, en parapharmacie, mais aussi dans les magasins de sport… "Vogue" fait l'inventaire (non exhaustif) de ces "solaires qui en font plus".

Problème, pointe l'UFC-Que Choisir : comme pour beaucoup de crèmes non bio, nombre d'entre elles affichent souvent des indices de protection aux UVA beaucoup plus élevé que ce qu'ils sont en réalité.

Des protections alternatives ?

Outre la crème, il existe d'autres précautions alternatives. "Privilégier les vêtements anti-UV, se mettre à l'ombre, avoir un parasol, une casquette, c'est la base", nous énumère Gorka Oyazun de Du flocon à la vague.

"Du bon sens quoi ! Surtout pour les enfants, en bas âge, le lycra, la casquette, le bob…"

Chez Green Cross France, Nicolas Imbert constate aussi que "nous n'en sommes qu'au tout début de la recherche et du biomimétisme sur ce qu'il est possible de faire pour préserver l'environnement et l'humain face aux rayons du soleil. Les textiles intelligents pourront apporter des éléments de solution". Non nocives pour la faune marine, les combinaisons anti-UV restent "la meilleure protection" contre le soleil, assure le Dr Claudine Blanchet-Bardon, viceprésidente du Syndicat national des dermatologues-vénéréologues (SNDV) dans le mensuel de juillet de "60 Millions de consommateurs" :

"Même pour la baignade ! Dans l'eau, portez un T-shirt foncé plutôt qu'un T-shirt blanc qui laisse passer les UV."

Et le magazine de faire l'inventaire de ces combinaisons revendiquant un UPF 50+ (indice de protection aux ultraviolets) les plus efficaces pour les enfants : après usage, les combinaisons Fedjoa et Quiksilver ainsi que les T-shirts Mayoparasol, Arena et Quiksilver conservent un niveau de protection équivalent à un UPF 50 +. Il ne nous reste plus qu'à y songer… et faire notre choix.

C.C.

Laisser un commentaire