Élysée: la passation de pouvoirs avec Macron aura lieu dimanche

La passation de pouvoirs avec le président élu Emmanuel Macron aura lieu dimanche à l’Élysée, a annoncé lundi François Hollande en marge des cérémonies du 8 mai à l’Arc de Triomphe à Paris auxquelles il a assisté avec son successeur.

Le chef de l’Etat a déclaré ressentir « beaucoup d’émotion » à donner, lors de ces cérémonies, « la marche à suivre » à Emmanuel Macron, qui, dans son parcours politique, l’a « suivi » puis « s’est émancipé » sans trahir, et « a été élu ». « Je voulais qu’Emmanuel Macron puisse être là, avec moi, à côté de moi, pour qu’une forme de flambeau puisse lui être passé puisque nous sommes aussi auprès de cette flamme » du Soldat inconnu, a déclaré le président sortant, interrogé sur France 2.

Questionné sur le fait de savoir si M. Macron était son « héritier », M. Hollande s’est défendu de vouloir « capter Emmanuel Macron ». « C’est vrai qu’il m’a suivi tout au long de ces dernières années quand j’étais moi même candidat puis président, il a été ministre d’un gouvernement », a-t-il souligné. « Après il s’est émancipé, il a voulu présenter un projet aux Français. Il s’est présenté devant eux, il a été élu. Il est le président », a poursuivi M. Hollande. « C’est à lui maintenant, fort de l’expérience qu’il a pu acquérir auprès de moi, fort aussi de ce que nous avons fait ensemble, de continuer sa marche », a-t-il encore dit.

Son ancien conseiller ne l’a-t-il pas trahi en se présentant à l’Élysée? « Non, il a fait ce qu’il pensait devoir faire, et il l’a fait à mes côtés et ensuite il l’a fait seul. Et maintenant avec les Français. Et moi je lui adresse tous mes voeux de réussite ». Si M. Macron a besoin de « conseils », « il sera toujours le bienvenu et moi je serai toujours à côté de lui », a affirmé le président sortant.

Que fera-t-il au lendemain de la passation? « Je serai un citoyen de France et je serai attentif à la situation de mon pays. Je serai prêt à répondre à toutes les sollicitations qui me seront faites pour être utile mais le temps n’est pas venu. Pour l’instant, c’est à Emmanuel Macron d’avoir la responsabilité du pays ».

Le président a confessé son « émotion » de présider à la dernière cérémonie du 8 mai, « et puis beaucoup d’émotion aussi, disons-le très franchement, très sincèrement, de donner à Emmanuel Macron la marche à suivre ».

18 ans, Etudiant en première année de relations internationales, passionné par l’actualité depuis le plus jeune âge.
Créateur de C L’Info

Laisser un commentaire