Delphine Ernotte a-t-elle jeté le discrédit sur France 2 ?

Ce lundi 13 mars, alors que l’arrivée de leur pastille humoristique était annoncée pour 20h40 sur France 2, Thomas VDB et Mathieu Madénian ont appris que leur chronique ne serait pas diffusée par la chaîne. Une annonce tardive et surprenante, qui résulte de la décision de Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, qui aurait posé son véto après avoir visionné le sketch des deux humoristes. Si la manière semble manquer de tact et de respect, l’affaire vient surtout pointer du doigt le fonctionnement interne de la première chaine publique de France et sème le doute sur la gestion stratégique de Delphine Ernotte.

Selon un membre de l’équipe de production de la pastille humoristique, « Deux heures avant, la direction a découvert que Thomas et Mathieu pouvaient y parler politique. Delphine Ernotte, qui ne connaissait pas le programme et ne l’avait jamais vu, a mis son veto après visionnage du premier numéro. Elle ne veut pas de problème quelques semaines avant le premier tour de la présidentielle« . Le déroulement de l’affaire jette évidemment l’opprobre dans un premier temps sur l’organisation interne de France Télévisions. Comment est-il possible que la Présidente de France 2 n’ait pu être consultée au moment de choisir un programme destiné à occuper l’une des cases les plus stratégiques de la journée, celle de l’après 20 heures ? D’autre part, comment cette même Présidente a-t-elle pu avoir la possibilité de passer outre la validation de la chronique par Xavier Couture, directeur des programmes de France 2 et Caroline Got, directrice de la chaîne ?  Si Delphine Ernotte fait le choix de déléguer la responsabilité de la programmation à ses directeurs de programmes et directeurs de chaînes, ce qui explique alors qu’elle n’ait pas été consultée au moment de valider la programmation de la pastille humoristique de Mathieu Madénian et Thomas VDB, elle ne peut donc annuler au dernier moment la décision prise par les personnes qu’elle a elle-même désigner pour cette tâche. Par la suppression de la chronique, Delphine Ernotte a fait preuve d’un terrible despotisme. Qu’elle délègue certaines décisions n’est pas un problème, mais qu’elle fasse le choix, seule et sans consulter personne, de supprimer une séquence validée par toutes ses équipes relève de l’autoritarisme. Soit la présidente participe à toutes les prises de décision sur la programmation des chaînes dont elle a la responsabilité. Soit elle laisse une totale liberté et accorde une confiance pleine à ses directeurs de chaîne. Mais elle ne peut adopter une posture intermédiaire. En supprimant la pastille de Mathieu Madénian et Thomas VDB, c’est tous les responsables de France 2 que Delphine Ernotte discrédite. C’est leur capacité à choisir selon les intérêts et besoins de la chaîne qu’elle remet en question. Au-delà de manquer de respect aux deux humoristes, la décision de supprimer la pastille est un terrible coup envoyé à la direction de la programmation de France 2.

Toujours ce lundi 13 mars, Mathieu Madénian et Thomas VDB interpellent Delphine Ernotte sur Twitter. La présidente de France Télévisions s’est alors fendue d’une réponse cinglante quelques minutes après.  « Hello messieurs, très sympa votre message et je vous dois la vérité : vous ne me faîtes pas rire… ». Un tacle sans appel qui confirme définitivement que la décision a été prise par la présidence du groupe et repose essentiellement sur ses goûts personnels. Le problème ici n’est pas que Delphine Ernotte ne trouve pas la rubrique drôle. Elle en a tout à fait le droit. La pastille a d’ailleurs eu seulement le mérite de survoler et de briller dans une émission globalement plate qui n’a jamais su trouver son public. Le concept, original, s’est assez vite essoufflé, certainement à cause du rythme quotidien de sa diffusion. Mais il a su néanmoins trouver son public, notamment sur Internet. Si la direction de la chaîne avait validé sa programmation à 20h40, c’est que France 2 pouvait y trouver son compte. La programmation d’une chaîne ne peut reposer sur les gouts de sa présidente. France 2 doit établir sa grille selon ses intérêts stratégiques, et non sur la base des goûts de Delphine Ernotte. Dans cette affaire, il apparaît essentiel d’observer que la présidente du groupe n’a pas entrevu les bienfaits positifs qu’aurait pu apporter la diffusion de la pastille de Thomas VDB et Mathieu Madénian. La chronique aurait pu être une excellente contre-programmation à C Canteloup sur TF1 qui surfe également sur le registre de l’humour politique. A 20h40, après le Journal Télévisé, le programme aurait pu parfaitement trouver sa place. France 2 aurait pu enfin trouver le programme irrévérencieux qui lui manque tant. Rappelons qu’à son arrivée, Delphine Ernotte avait voulu récupérer Les Guignols de l’Info. Surprenant de la voir quelques mois plus tard opposer son véto à un programme lui-aussi marqué par son impertinence et son ton provocateur.

Le vrai fond de l’affaire, c’est la peur caractérisée de la présidente de créer toute forme de polémique politique avant l’élection présidentielle. Ainsi, selon certaines sources, la chaîne subit d’énormes pressions et la Delphine Ernotte a fait le choix de la suppression du programme pour éviter la colère de certains candidats. La sortie de François Fillon dans L’Emission Politique suite à la chronique de Charline Vanhoenacker a en effet laissé des traces dans l’esprit de la responsabe de France Télévisions. Le candidat des Républicains s’était alors offusqué de la présence d’une séquence humoristique au cœur d’une émission politique. Dans la même ligne, plusieurs invités politiques refusent également de se rendre à On n’est pas Couché, étant gênés par le mélange entre émission de divertissement et débats politiques. Dans une période présidentielle où  chaque annonce et chaque interview peut avoir son importance et représente l’occasion pour une chaîne de fédérer du monde devant la télévision, Delphine Ernotte veut à tout prix éviter de se mettre à dos les candidats. Jugé trop sulfureux pour France 2, le programme humoristique de Thomas VDB et Mathieu Madénian a donc été victime de la politique de la présidente du groupe. Alors que 80 numéros de la chronique avaient été commandés par la chaîne et que 3 sketches avaient déjà été tournés, France 2 a fait le choix d’annuler le projet et de supprimer le programme. « Delphine Ernotte préfère une polémique médiatique à une polémique politique » estime un proche des deux humoristes. La volonté de la Présidente est tout à fait compréhensible. Mais le fait que le programme ait été validé en interne, montre une divergence d’opinion au sein de l’organisme de direction de France Télévisions, ou bien un manque total de coordination. Les têtes pensantes de France 2 ont donc lancé un projet qui ne collait pas du tout à la politique prônée par la Présidente ? Les directeurs de la chaîne étaient-ils au courant de la stratégie de la chaîne ? Une nouvelle fois, c’est le crédit général de la chaîne qui est mis en péril par cette affaire.

Si le choix de Delphine Ernotte a provoqué une polémique médiatique énorme, notamment sur les réseaux sociaux, il vient surtout discréditer le système interne de France Télévisions. L’affaire témoigne en effet d’un manque général de coordination du groupe. D’autre part, la suppression de la pastille vient mettre en évidence la politique d’une Delphine Ernotte qui souhaite avant tout éviter la polémique politique juste avant les échéances présidentielles. Pour le duo humoristique, l’avenir semble se situer loin de France 2. You Tube, réseau sur lequel la pastille connait un réel succès, pourrait être le format idéal pour accueillir Mathieu Madénian et Thomas VDB. Les deux comiques peuvent également très bien faire le choix d’aller sur une autre chaîne. TMC qui cherche à développer son offre pourrait être ainsi un très bon point de chute. Le programme court peut très bien s’ancrer dans la politique de la chaîne et pourrait venir prolonger le travail amorcé par les équipes de Quotidien depuis la rentrée médiatique. Affaire à suivre.

20 ans. Etudiant en Licence d’Histoire à Aix-Marseille. Passionné de sport, de musique et de médias. Animateur à mes heures perdues

Laisser un commentaire