Au coeur du meeting de Jean Lassalle à Marseille

Intrigué par Jean Lassalle, candidat à l’élection présidentielle 2017, j’ai décidé de me rendre à son meeting organisé à Marseille ce mercredi 12 avril, à la Boate, 35 rue de la Paix. Une rencontre en marge d’un débat citoyen organisé par le député des Pyrénées-Atlantiques qui m’a permis de me forger un avis définitif sur cet homme politique aussi singulier qu’attachant.

Le candidat de la gentillesse

Dans  le cadre de son programme « Rencontre avec les citoyens des Bouches-du-Rhône », Jean Lassalle a fait le tour de Marseille ce 12 avril. Le candidat de Résistons ! s’est en effet rendu dans les quartiers de Belsunce et Noailles avant d’aller à la rencontre des marchands du marché aux puces de Marseille, dans le quartier de la Cabucelle. Une journée riche et remplie pour le candidat indépendant qui s’est porté volontairement au jeu des serrages de mains et discussions avec les habitants de la cité phocéenne. Jean Lassalle s’est même autorisé l’audace de laisser son propre numéro de téléphone à des citoyens marseillais souhaitant échanger et débattre avec lui. « Après ils m’envoient des SMS, c’est mieux » se justifie le candidat. Jean Lassalle a ainsi affirmé sa ligne politique en s’imposant tout au long de cette journée comme le candidat « de la gentillesse », proche du peuple et de ses préoccupations. Toujours très loquasse et expansif, Jean Lassalle a alors réussi à séduire de nombreux Marseillais qui l’ont notamment découvert lors du débat télévisé organisé par BFM TV et CNews. Une journée riche également pour les équipes du candidat. Pas toujours évident à suivre, Jean Lassalle a eu énormément de mal à se conformer à l’organisation stricte de cette journée. S’arrêtant à chaque coin de rue pour discuter et échanger, entrant dans chaque établissement pour se tenir au courant des préoccupations des commerçants, n’hésitant pas à aller à la rencontre des patrons de bars et de restaurants, Jean Lassalle a alors pris un certain retard sur son emploi du temps. Ainsi, si sa conférence de presse devait débuter à 18h30 selon le programme annoncé sur le site du député des Pyrénées-Atlantiques, celle-ci n’a en réalité démarré qu’à 20h00. Entre respecter ses engagements horaires et affirmer sa position de candidat proche des préoccupations du peuple, Jean Lassalle a fait son choix.

C’est donc à 20h00 que le natif de Lourdios est arrivé à la Boate, la salle faisant également office de lieu de réception de sa conférence de presse. Devant un comité de 50 personnes, le candidat a fait une apparition très théâtralisée et excentrique, les bras levés, heureux de retrouver certaines militantes et certains membres de son équipe de campagne. Pendant une heure, le candidat va alors se prêter au jeu de la conférence de presse. Suivi par une équipe de C dans l’Air, Jean Lassalle répond à ses questions dans le cadre d’un reportage qui sera diffusé ultérieurement. Radio Catholique Française est également présente au même titre qu’une équipe de France 3. Si les journalistes sont peu nombreux, le candidat de Résistons ! répond à leur question pendant plus d’une heure. S’il se veut être proche du peuple, Jean Lassalle n’en oublie pas moins la nécessité d’être présent dans les médias nationaux. A une question sur les sondages qui l’annoncent à 1% au premier tour, Jean Lassalle répond sèchement : « Je méprise autant les sondages que eux me méprisent ». Le ton est incisif. Car le candidat est convaincu de sa présence au second tour, et même de sa victoire finale. Pendant ce temps, nous, nous attendons sagement que Jean Lassalle daigne laisser les médias. Une curieuse venue assister au meeting interpelle alors le candidat en lui rappelant qu’il se pose en candidat conscient des préoccupations des Français. « Vous voulez être proche des citoyens mais vous n’hésitez pas à nous faire poiroter pendant une heure pour répondre aux questions des journalistes qui vous méprisent et se moquent de vous ! ». Un brin mal à l’aise, Jean Lassalle s’excuse platement et donne raison à la dame qui partira quelques minutes après le début du meeting. Après ce léger incident, Jean Lassalle conclut sa conférence de presse pour laisser la place à son débat avec les citoyens.

« J’adore Marseille, cette ville qui s’engueule et qui s’aime mais qui s’aime plus qu’elle ne s’engueule »
Photo de Gaël Simon

C’est Frédéric Jeanjean, conseiller municipal de la ville de Marseille qui ouvre le meeting en rappelant les moqueries qu’il a subies lorsqu’il a annoncé son soutien à Jean Lassalle.  Celui-ci insiste néanmoins sur sa conviction de la victoire du candidat et du soutien populaire qu’il a reçu en marge de sa journée marseillaise. Il cible alors Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon qui sont venus peu de temps avant dans la cité phocéenne mais qui n’ont eu aucun contact avec la population marseillaise. Le conseiller municipal vante alors les mérites d’un Jean Lassalle qui a échangé avec les habitants de la deuxième ville de France. « Aujourd’hui, avec toutes les personnes avec lesquelles nous avons parlé, nous avons rempli le stade Vélodrome ! ». Le conseiller municipal quelque peu enthousiasme et marqué par une légère exagération toute marseillaise, laisse sa place à Jean Lassalle. Sans note, sans fiche et sans prompteur, le candidat déclare sa flamme à une cité phocéenne qui « s’engueule et qui s’aime mais qui s’aime plus qu’elle ne s’engueule ». Jean Lassalle, dans sa fougue caractérisée, s’emporte et crie son affection pour Marseille. Le député des Pyrénées-Atlantiques valorise la ville pour mettre en avant une de ses idées fortes, retrouver une puissance maritime majeure. « La France a la seconde façade maritime, elle doit de nouveau s’ouvrir sur la mer ». Jean Lassalle veut être un Président qui relance le commerce maritime et fait de Marseille un des fers de lance de cette politique. Le centriste lance alors un film de quelques minutes réalisé par Michel Reynaud. La séquence met en scène le discours de Jean Lassalle à l’assemblée nationale au retour de sa marche vers les Français réalisée entre avril et décembre 2013. Le candidat reprend alors la parole et annonce les grandes lignes de son programme. Le centriste entend rétablir la force de la commune française, instaurer un service militaire de neuf mois, ne verser aucune subvention à l’Union Européenne pendant quatre ans, développer l’école française où tout le monde y sera accepté et créer la quatrième armée, celle d’Internet qui sera chargée de tuer dans l’œuf toute forme de radicalisation. Le discours, quelque peu désordonné, est suivi d’une nouvelle projection. Cette fois-ci, nous avons le droit à un film sur le parcours politique de Jean Lassalle. Son chant face à Nicolas Sarkozy à l’assemblée nationale en 2003, sa grève de la faim pendant 39 jours en 2006 pour éviter la délocalisation de l’usine Toyal de la vallée d’Aspe qui emploie 140 personnes et sa marche en 2013 sont ainsi évoqués et viennent insister sur son engagement personnel dans la vie politique. Après le film, le débat avec les personnes présentes dans la salle est ouvert. Jean Lassalle se prête au jeu des questions – réponses et des discussions avec les Marseillais. Le débat se prolongera tard dans la nuit et Jean Lassalle quittera Marseille pour se rendre dans les studios de RMC – BFM TV afin de répondre aux questions de Jean-Jacques Bourdin le lendemain matin.

Quant à moi, ce meeting m’a permis de me faire une opinion définitive sur un candidat qui m’intriguait et suscitait ma curiosité. Je suis désormais convaincu de la profonde humanité de Jean Lassalle et de sa sincère conscience humaine. Il ne joue pas à être le candidat de la gentillesse, il l’est naturellement. Il ne se force pas à être proche des gens, amical et jovial. Le centriste est profondément, viscéralement impliqué par les préoccupations des Français. Après cette rencontre, je suis absolument sur de la sincérité de son action, de sa passion et de son amour profond pour la France. Toute sa carrière politique ne se place pas au service de ses intérêts personnels, mais bel et bien au service de la communauté. Jean Lassalle est conscient de la vie quotidienne des Français, ses constats sont bons, et ses grandes lignes sociétales sont tout à fait justes. Malheureusement, ce meeting a également fait ressortir son absence de propositions concrètes. En tout cas, s’il en a, il n’est pas parvenu à les expliquer et à en parler de façon cohérente. Jean Lassalle est un homme politique proche du peuple, réellement convaincu de sa victoire, fier de son équipe de campagne, qui possède des valeurs humaines indéniables, mais son programme reste trop léger pour qu’il puisse se placer comme un candidat capable de convaincre une grande partie de la population au-delà de cette image de proximité. Ce meeting a surtout eu un intérêt pour moi. Il m’a permis d’aller au-delà de l’image d’un Jean Lassalle particulier, atypique, presque cocasse et drôle. Je me suis rendu compte de sa concrète implication, presque physique dans la vie politique, de la sincérité de son combat et de son action. Jean Lassalle est certainement le candidat le plus proche des préoccupations des Français, malheureusement il n’apporte pas suffisamment de réponses concrètes pour pouvoir les convaincre de voter pour lui le 23 avril prochain.

20 ans. Etudiant en Licence d’Histoire à Aix-Marseille. Passionné de sport, de musique et de médias. Animateur à mes heures perdues

Laisser un commentaire