La Chine célèbre son coq

En Chine, le nouvel à commencé le 28 janvier. L’année du singe va laisser la place à celle du coq. L’évènement est le plus important de l’année en république populaire, qui apparait comme une fête populaire, qui entraine, tous les ans, une énorme migration humaine dans tout le pays.

过年好 ! «Guònián hao». «Bonne année !» ont pu se dire, comme chaque année, 1,4 milliard de citoyens le week-end dernier. Appelée fête du printemps, cette dernière célèbre le Nouvel an lunaire, le premier jour de l’année du Coq. Selon une légende, «seuls douze animaux avaient répondu présent à l’invitation de l’Empereur de Jade pour que le Nouvel An donne son origine au Zodiaque chinois : pour les remercier, chacun se vit attribuer une année», explique le site de l’hebdomadaire féminin Cosmopolitan.

Une couleur domine la période : le rouge. Des lanternes rouges sont ainsi accrochées partout dans les lieux publics. L’évènement est synonyme de rencontres familiales, de repas fastueux (notamment de raviolis) et d’un tumulte assourdissant de feux d’artifices et de pétards. La soirée festive «est l’occasion de s’offrir des petites enveloppes rouges (hongbao) contenant des sommes d’argent, en gage de prospérité et de bonne étoile», rapporte L’Express.

Selon les statistiques officielles, quelque 282 millions de Chinois des campagnes ont migré vers les métropoles prospères de l’est et du sud de la Chine, où ils occupent des emplois pénibles et mal rémunérés. Pour beaucoup, le Nouvel an lunaire est donc le seul moment de l’année où ils pourront retrouver leurs proches, notamment leur enfant unique resté à la garde de ses grands-parents. Aux dires mêmes des autorités, quelque 61 millions d’enfants se trouveraient ainsi dans cette situation.

Répercussion économiques

La fête a des répercussions mondiales, tant la Chine pèse désormais sur l’économie de la planète. Des répercussions parois imprévues. Par exemple… sur le chiffre d’affaires du groupe français de spiritueux Rémy Cointreau. Celui-ci a ainsi vu sa croissance atteindre 9% au cours du trimestre clos le 31 décembre, à 323,3 millions d’euros. Motif : une forte accélération en Chine grâce à d’excellentes ventes pour le Nouvel an, plus précoce en 2017 (en 2016, il a été célébré le 8 février). Preuve que la consommation d’alcool augmente fortement pendant les fêtes! Pour autant, pendant cette période, l’économie chinoise, dans son ensemble, tourne au ralenti, ce qui entraîne une baisse des exportations. Notamment parce que les travailleurs migrants désertent leurs entreprises pendant une longue durée.

Ce ralentissement a notamment un impact sur le secteur international des transports de matières

Performance d’un dragon lors du Nouvel an chinois à Hong Kong

premières sèches, «l’approche des vacances du Nouvel an chinois a été le sujet de préoccupation numéro un des marchés cette semaine. Si certains espéraient une avalanche de commandes avant les vacances, il est plus probable que l’activité ralentisse», soulignaient, le 23 janvier, les analystes du Baltic Briefing, site d’information du Baltic Exchange, une référence en la matière.

L’année du Coq, l’année de Trump ?

Au-delà de ces sujets un peu arides, le Nouvel an est aussi  un évènement symbolique. Ainsi, aux dires des géomanciens de Hong Kong, agressivité et volatilité seront les maîtres mots de la nouvelle année.

Volatilité comme volatile, le coq combatif du calendrier lunaire chinois ? Toujours est-il que pendant cette période, le nouveau président américain, Donald Trump, se trouvera totalement dans son élément, estiment ces maîtres respectés. Le caractère brusque et changeant du gallinacée, associé à l’élément «feu», laisse présager de temps mouvementés, en particulier dans le monde occidental, précisent-ils. «Le coq aime se battre, il adore les joutes verbales, il est combatif», explique Mme Thierry Chow, qui pratique la divination dans l’ancienne colonie britannique. Combatif comme Donald Trump.

Alors 2017 … l’année de tous les changements, et de la redéfinition d’un nouvel ordre mondial ?

18 ans, Etudiant en première année de relations internationales, passionné par l’actualité depuis le plus jeune âge.
Créateur de C L’Info

Laisser un commentaire