Manifestation Anti-Brexit à Londres

 

Samedi matin à 11 heures, le mouvement britannique Unite for Europe appelle les anti-Brexit à se réunir pour une manifestation à Londres. A quatre jours du lancement officiel de la procédure, on fait le point avec Alexander Seale, depuis l’Angleterre …


Après l’attentat de mercredi était-ce sûr d’organiser une grande manifestation?

Les organisateurs de cette manifestation pro européenne ont annoncé que l’organisation se poursuivra comme prévu ce samedi, en dépit des craintes. Beaucoup pensent que ce rassemblement politique, qui était très important, ne soit pas approprié après l’attentat terroriste qui à eu lieu mercredi. Cette manifestation, prévue de longue date, est conçue pour coïncider avec le déclenchement de l’article 50, prévu le 29 mars. Dans quatre jours commencera le processus formel du Brexit. Cette manifestation coïncide également avec le soixantième anniversaire de la fondation de la communauté économique européenne, qui marque des manifestation similaires en Europe. « Unite For Europe » a déclaré qu’il était important que la marche se termine par un rassemblement sur Parliament Square, ou a eu lieu l’attaque de mercredi, pour démonter la résilience de la démocratie britannique. Il a encouragé les partisans à montrer leur respect pour les victimes de l’attaque, en mettant des fleurs. Il y aura une minute de silence.

Comment réagit la classe politique britannique ?

Les partisans de cette manifestation étaient plutôt divisés, car le slogan de cette manifestation, « Stop Brexit » à été changé par : « Faites en entendre votre voix ». Le chef de l’équipe d’oganisation a démissionné. Les orgnaisateurs étaient plutôt divisés, et les partisans pro-brexit ne sont pas en faveur de cette manifestation. A Londres, comme vous le savez, il y a beaucoup d’européens. Londres à voté contre le Brexit, et c’est important pour eux de manifester contre le Brexit et de montrer qu’ils sont pro- européens.

Le Royaume-Uni va-t-il subir un choc ?

Oui. La Grande Bretagne est menacée d’éclatement. Le Brexit ne convainc pas tous les pays du Royaume. La menace la plus sérieuse vient de l’Ecosse. La première ministre écossaise, Nicolas Stuergon à annoncé qu’elle voulait organiser un deuxième référendum d’indépendance. L’Ecosse à voté à 62% pour le maintien de l’Europe. Nicolas Stuergon à annoncé qu’elle voulait annoncer un référendum entre automne 2018 et printemps 2019. T May la première ministre britannique n’a pas apprécié l’idée de ce référendum. Elle a dit que ce choix conduira à la division, et renforcerait les incertitudes. Il y en a certains qui disent que c’est plutôt dangereux : le royaume uni sera désuni en quelque sorte. Je comprends aussi l’attitude des écossais. Ils ne veulent pas être conduits vers ce plan : ils ont voté à 62%, un chiffre fort et ils veulent rester dans l’Union Européenne. S’ils votent pour l’indépendance, ils pourraient peut être rester dans l’UE … Mais je comprends l’attitude des Ecossais. A londrès aussi il y avait un débat : Londres pourrait être « indépendante » l’été dernier.

L’Info en + : L’Ecosse a-t-elle les moyens de ses ambitions indépendantistes ?

Quel calendrier du Brexit ?

Theresa May a annoncé qu’elle va déclencher l’article 50 le 29 mars, dans quelques jours. Il y aura beaucoup d’incertitudes : le sort des britanniques vivant dans des pays de l’UE. En France, il y a beaucoup de britannique qui vivent là bas. Inversement, celui des européens installés en Grande-Bretagne. Après, il y aura des négociations Bruxelles, tous les chefs d’Etats doivent se rencontrer fin avril. Cette négociation durera près de 2 ans. C’est un long processus. La GB va sortir de l’UE en 2019, pas tout de suite …. Elle déclenchera l’article 50 dans 4 jours mais cette négociation durera 1 an et demi  2 ans. La presse populaire, et les tabloïds comme le Daily Express sont pro Brexit. Ils veulent absolument sortir de l’UE. A l’inverse, la presse plus traditionnelle est plutôt pro européenne.

L’Info en + : Toutes les questions que vous vous posez sur le Brexit

Elections en Europe … Faut-il craindre un effet domino en Europe ?

On a vu aux Pays Bas que le candidat anti-européen n’a pas gagné, et le premier ministre des pays pas à gagné les élections. En quelque sort, c’est un souffle pour l’UE,, malgré quelques divisions aux Pays- Bas. En France, je pense que Marine le Pen va sans doute accéder au deuxième tour mais ne sera pas présidente. Il faut que tous les chefs d’Etats parlent de l’Europe. Bien sur, l’Europe est divisée, mais il faut que l’Europe reste unie face à l’Amérique de D. Trump et la Russie de Poutine. En France par exemple, Benoit Hamon par exemple est contre certains candidats qui cherchent une « alliance » avec Poutine et la Russie.

Il faut vraiment travailler avec le RU malgré le fait qu’elle va sortir de l’UE. Le RU est un partenaire très important. Il y a beaucoup d’échanges entre les pays de l’Europe et le RU. Il y abeaucoup d’ueorpéne suqi vivent à Londres, et qui travaillent dans des commerces et bureaux. Je ne sais pas quel sera, personnellement, mon statut si je dois voyager ou travailler en Europe. Le RU était un partenaire important en matière de défense, de sécurité. Tous les chefs d’Etats doivent continuer à discuter. De plus, ce n’est pas la première fois que cette manifestation pro-européenne va avoir lieu. Elle à eu lieu l’été dernier, juste après le Brexit, et va se terminer à Parliament Square. Le parcours va aller  à Trafalgar Sqaure, Picadillu, les grandes atterres de Londres.

L’Info en + : l’Union européenne à plusieurs vitesses

 

Retrouvez dans les prochaines heures photos et videos de la manifestation de cet après-midi ...

18 ans, Etudiant en première année de relations internationales, passionné par l’actualité depuis le plus jeune âge.
Créateur de C L’Info

Laisser un commentaire