Airbus : une commande historique à 40 milliards de dollars

C'est un contrat historique. Airbus s'apprête à annoncer une commande de 430 moyen-courriers de la famille A320 par la société américaine d'investissements Indigo Partners pour un montant supérieur à 40 milliards de dollars (34 milliards d'euros), a-t-on appris de source proche du dossier. La commande porte sur des A320neo et des A321neo, la version remotorisée du best-seller d'Airbus, d'après cette source. Airbus s'est pour l'heure refusé à tout commentaire. La commande devrait être annoncée dans la matinée lors du Salon aéronautique de Dubaï. Airbus y tient un point presse vers 11 heures, heure de Paris. Cette commande, la plus importante de l'histoire d'Airbus, va plus que doubler le carnet de commandes nettes du géant européen cette année, qui ressortait à 288 appareils à fin octobre. Elle permettrait également à Airbus de dépasser son rival américain Boeing en commandes cette année, avec 718 commandes contre 605 pour le groupe américain à ce jour.

Le leadership d'Airbus renforcé

Indigo Partners est une société d'investissement spécialisée dans la location d'avions à des sociétés à bas coût, fondée par l'Américain Bill Franke, l'une des figures les plus influentes du monde aérien. Cette commande permettra également de renforcer le leadership d'Airbus sur le marché des moyen-courriers remotorisés, que le groupe de Toulouse domine avec plus de 55 % des parts de marché. Avec cette commande, il devrait dépasser les 5 500 appareils commandés depuis le lancement de l'A320neo en 2010. Boeing a de son côté engrangé plus de 4 000 commandes pour les différentes versions du 737 MAX. Les deux appareils sont dotés de moteurs de nouvelle génération qui leur permettent de réduire de 15 % la consommation de carburant par rapport aux actuels A320ceo et 737 NG. Cette commande sera l'un des derniers grands coups de l'emblématique directeur commercial d'Airbus, John Leahy, qui se prépare à quitter le groupe après avoir vendu près de 15 000 avions durant sa carrière.

LIRE aussi Comment les ingénieurs ont résolu le casse-tête du rapatriement de l'A380 en panne à Goose Bay

Laisser un commentaire